De nombreuses femmes, alors qu’elles prévoient d’avoir un bébé, ne pensent pas forcément à souscrire des assurances complémentaires soit parce qu’elles n’en voient pas la nécessité soit parce qu’elles n’y pensent pas.

Pourtant, les assurances complémentaires apportent des bénéfices non négligeables à la femme enceinte. Or, pour une femme qui a déjà entamé sa grossesse, souscrire des assurances complémentaires peut s’avérer très compliqué.

Ai-je besoin d’assurances complémentaires pendant ma grossesse ?

De nombreuses femmes pensent qu’elles n’ont pas besoin d’assurances complémentaires pendant leur grossesse car les soins de santé liés à la grossesse et l’accouchement sont, en théorie, entièrement couverts par l’assurance-maladie de base. Dès la treizième semaine de grossesse, vous n’avez même pas à payer la franchise ni la quote-part et ce, même si vous vous faites soigner pour une maladie qui n’a rien à voir avec la grossesse.

Et pourtant : les assurances complémentaires complètent avantageusement l’assurance-maladie de base.

Ainsi, l’assurance complémentaire « division privée » vous assure, en plus de bénéficier du confort d’une chambre privée, de pouvoir accoucher dans la clinique ou l’hôpital de votre choix et d’être suivie par le médecin que vous avez choisi.

On pense également à l’assurance complémentaire médecines naturelles qui vous permet de profiter de traitements de médecine douce et ce même s’ils ne font pas partie des 5 spécialités reconnues par la LAMal et qu’ils sont pratiqués par un thérapeute non médecin. Ainsi, les traitements de médecine chinoise, acupuncture, ostéopathie… sont très appréciés des femmes enceintes pour résoudre des problèmes de nausées, jambes lourdes, mal de dos… De plus, si vous tombez malade alors que vous êtes enceinte, vous ne pourrez pas prendre certains médicaments à cause des risques pour le foetus et les médecines douces sont donc une bonne alternative.

Les assurances complémentaires vous proposent des prestations étendues par rapport à l’assurance de base : vous avez ainsi la possibilité de faire faire plus d’échographies que les deux obligatoires et des compléments alimentaires (fer, vitamines…) souvent recommandés pour les femmes enceintes sont également pris en charge.

Dans certains cas, les assurances complémentaires prennent même en charge les séances de gymnastique post-natale jusqu’à un certain plafond ou encore une aide ménagère juste après l’accouchement. D’autres encore vous proposent des indemnités d’allaitement.

Tous ces avantages ne sont pas négligeables mais certaines femmes n’y pensent qu’alors qu’elles sont déjà enceintes : il est alors trop tard pour bénéficier de certaines prestations.

Puis-je encore souscrire des assurances complémentaires pendant ma grossesse ?

Il est toujours préférable de souscrire des assurances complémentaires AVANT la grossesse.

Si vous êtes déjà enceinte, la souscription d’assurances complémentaires est toujours possible. Ce qui va par contre poser problème est le délai de carence : il s’agit d’un délai défini après la souscription pendant lequel vous ne pourrez pas bénéficier d’une prise en charge pour certaines prestations.

En effet, si l’assurance-maladie de base n’impose aucun délai de carence, les assurances complémentaires relèvent du régime privé et peuvent tout à fait vous imposer un délai de carence. La plupart des caisses-maladie, lors de la souscription d’assurances complémentaires, imposent ainsi un délai de carence pour les prestations de maternité qui peut aller de 9 mois à 2 ans. Cependant, cela ne concerne que les prestations de maternité, ce qui veut dire que les prestations de médecine douce pourraient par exemple être prises en charge.

Si vous n’avez pas eu le temps ou pas pensé à souscrire des assurances complémentaires avant votre grossesse, sachez qu’il est toujours possible d’en souscrire mais que les prestations directement liées à la maternité ne seront pas prises en charge. Il est cependant intéressant de contacter les caisses-maladie pour savoir à quelles prestations vous avez encore droit.