fbpx

Après plus ou moins 9 mois d’attente, bébé est enfin là. Désormais, il doit devenir un citoyen en règle. Pour cela, ses parents doivent effectuer un certain nombre de démarches administratives dans les quelques jours suivants l’accouchement. En Suisse, on peut en distinguer trois principales. 

 

Déclarer bébé aux autorités 

Votre enfant est né sur le territoire Suisse ? Il faut impérativement qu’il soit enregistré auprès de l’office de l’état civil de l’arrondissement dans lequel il est né dans les trois jours suivants sa naissance.

En règle générale, lorsque la naissance se passe dans un hôpital, dans une maternité ou en maison de naissance, l’administration de l’établissement se charge de déclarer le nouveau-né auprès des autorités suisses. Si vous avez accouché à votre domicile, ce sera à l’un des deux parents de se rendre à l’office de l’état civil pour déclarer l’enfant. Il est également possible de charger un tiers d’effectuer cette tâche par procuration. 

Quoi qu’il en soit, pour déclarer l’enfant, un certain nombre de documents seront à présenter. Il faudra penser à garder sous la main : 

  • l’attestation de naissance d’un médecin ou sage-femme 
  • une attestation de domicile
  • la ou les pièces d’identité
  • le livret de famille, acte de famille ou certificat individuel d’état civil

Si l’un ou les deux parents ne sont pas de nationalité suisse, d’autres documents pourront être demandés par l’office de l’état civil. 

Enfin et en plus des documents. Il faudra se mettre d’accord sur le(s) prénom(s) de l’enfant ainsi que sur le(s) nom(s) de famille pour pouvoir déclarer l’enfant. 

Vous cherchez un prénom pour votre enfant ? Découvrez nos nombreuses idées de prénoms.

 

Préparer le suivi médical de bébé

Il n’y a pas d’obligation ni de délai à tenir concernant le suivi médical de l’enfant. Néanmoins, il est recommandé par la société suisse de pédiatrie au moins 12 examens de contrôle pédiatriques. Le premier examen complet doit être effectué dès la première semaine de vie. Si vous avez accouché dans un hôpital ou une maternité, généralement l’examen est organisé avant que vous ne quittiez l’établissement. En revanche, si vous avez un jour de vie. Prenez rendez-vous le plus tôt possible, particulièrement si vous vivez dans une zone peuplée où les pédiatres sont très sollicités, pour vous assurer d’obtenir un rendez-vous rapidement. Ce premier rendez-vous est un examen physique complet durant lequel le pédiatre pourra déceler des anomalies, des malformations ou des séquelles dues à l’accouchement. Le pédiatre tâchera également d’évaluer le bon développement de l’enfant. 

Pour les autres examens, la Société suisse de pédiatrie conseille de les effectuer à 

  • 1 mois
  • 2 mois
  • 4 mois
  • 6 mois
  • 9 ou 12 mois, 
  • 24 mois
  • 4 ans
  • 6 ans
  • 14 ans
  • 16 ans

Lors du premier rendez-vous pédiatrique, pensez à demander le carnet suisse de la santé de l’enfant. 

 

Assurer bébé à l’assurance-maladie obligatoire des soins

D’ailleurs, pour que les soins médicaux et les examens chez le pédiatre soient pris en charge par l’assurance-maladie de base, il faut affilier bébé à une caisse-maladie.

En Suisse, toute personne vivant sur le territoire doit obligatoirement avoir souscrit à l’assurance-maladie régie par la loi LAMal. Il en va de même pour bébé et le délai maximum pour le faire est de 3 mois après la naissance

Pour se décharger de cette tâche à la naissance, sachez qu’il est tout à fait possible d’affilier son enfant à une caisse-maladie avant sa naissance. On parle alors d’assurance prénatale. 

En dehors de la charge administrative, l’assurance prénatale présente de nombreux autres avantages comme une prise en charge complète et immédiate à la naissance de l’enfant. Lorsqu’un enfant né en Suisse, les soins de base sont pris en charge par l’assurance-maladie de la mère. En revanche, si bébé présente une maladie ou une malformation, les soins ne sont plus couverts par l’assurance de la maman. 

Pour en savoir plus : Pourquoi l’assurance prénatale est-elle indispensable ?

Organiser la garde de l’enfant

En Suisse, une femme salariée bénéficie d’un congé maternité de 14 semaines (16 dans le canton de Genève) et a l’interdiction de travailler dans les 8 semaines suivant la naissance de leur enfant. Désormais, depuis le 1er janvier 2021, les papas bénéficient aussi d’un congé paternité de 2 semaines pour accueillir leur enfant. Et après ? 

Plusieurs modes de garde sont possibles en Suisse, certains plus convoités que d’autres, les crèches notamment. Vous pouvez l’inscrire au moment de la naissance mais il se peut qu’il soit déjà trop tard. En effet, et particulièrement dans les grandes villes, les places en crèches sont rares et il est conseillé d’y inscrire son enfant le plus tôt possible, dès la grossesse. Si c’est votre cas, à la naissance de votre enfant, n’oubliez pas de transmettre son acte de naissance à l’établissement concerné pour compléter son inscription.

Les accueillantes en milieu familial (AMP ou “mamans de jour”) sont également un mode de garde privilégié des parents. Elles accueillent votre enfant à leur domicile. 

L’inverse est également possible, une nounou à votre domicile, mais vous devenez l’employeur de cette personne. Ce n’est pas le cas avec les AMP qui sont membres d’associations à qui vous versez une cotisation. Également à votre domicile, si vous avez le budget et l’espace, vous pouvez choisir d’accueillir un(e) jeune au pair. Bien sûr, vous pouvez également faire garder votre enfant par un proche : les grands parents, tante, voisine, etc. 

Pour en savoir plus sur les avantages et les inconvénients de tous ses modes de garde : Faire garder bébé en Suisse

Nous avons oublié un mode de garde ? Merci de nous le faire savoir en commentaire. 

Vous êtes enceinte ?

Et si votre enfant naissait prématurément et avait besoin de soins spécifiques à la naissance ? Et s’il naissait avec une pathologie ?

Souvent, dans de tels cas, les couvertures de la LAMal sont insuffisantes et les complémentaires, nécessaires pour soigner bébé, refusent son adhésion.
C’est le principal avantage de l’assurance prénatale : couvrir bébé dès ses premières secondes de vie et ne pas avoir à remplir de questionnaire de santé.

L’assurance prénatale, c’est la garantie d’offrir toutes les protections à son enfant.