Les papas pourraient bientôt avoir droit à leur congé paternité. En effet, le Parlement délibère actuellement sur la possibilité de donner au père un congé rémunéré suite à la naissance de son enfant.

Si une initiative populaire avait été lancée initialement pour proposer un congé de quatre semaines, un compromis est actuellement à l’étude. Il s’agirait de donner un congé de deux semaines au père (un congé plus long étant trop lourd à supporter financièrement pour les assurances sociales).

La Conférence des directrices et directeurs cantonaux des affaires sociales (CDAS) soutient ce projet qui aiderait les pères à établir un lien avec leur enfant juste après la naissance. (Source : Le Matin)

Si ce projet voit le jour, les pères auront droit à ce congé de deux semaines dans les 6 mois qui suivent la naissance de leur enfant. Ce congé pourra être pris sous forme de journées individuelles (en non pas tout en bloc comme pour le congé maternité).

Les conditions pour bénéficier du congé paternité seront les mêmes que pour le congé maternité, à savoir :

  • avoir été assuré à l’AVS dans les 9 mois qui précèdent la naissance de l’enfant
  • avoir exercé une activité lucrative durant 5 mois
  • exercer une activité lucrative au moment de la naissance de l’enfant

Le montant des indemnités journalières devrait, comme pour les mères, s’élever à 80% du revenu moyen du salaire perçu avant le congé.

Pour rappel, il n’existe actuellement aucune loi fédérale permettant aux pères de prendre un congé rémunéré après la naissance de leur enfant.

Les pères qui sont salariés ont droit à un ou deux jours de congé usuel à l’occasion d’un événement familial tel que la naissance d’un enfant. Si certaines entreprises octroient parfois des congés plus longs, les conditions de ce congé sont définies au niveau de l’entreprise ou de la convention collective.

Un congé paternité permettrait ainsi aux pères de passer du temps avec leur enfant et de répartir plus équitablement les rôles au sein du couple.