La majorité des assurés suisses ne souhaitent pas dissocier l’assurance de base des assurances complémentaires selon le résultat de plusieurs études. 

Or, changer de caisse-maladie, permettrait de faire plusieurs centaines de francs d’économie par an tout en gardant les mêmes prestations voire en les augmentant. 

Encore faut-il bien respecter le délai pour changer de caisse. 

Nous faisons le point. 

 

 

Dissocier l’assurance-maladie des complémentaires pour faire des économies

 

Rester fidèle à sa caisse-maladie n’est pas une stratégie gagnante. Bien au contraire, très souvent les assurés se retrouvent perdants en choisissant de ne pas dissocier l’assurance de base des complémentaires. 

En effet, mis à part les rabais famille, qui récompensent le nombre de membres d’une même famille assurés auprès de la même caisse-maladie, le nombre d’années ou le nombre de prestations souscrites auprès de la même caisse, ne sont pas récompensés. 

Ainsi, si vous pensez économiser sur la prime d’assurance-maladie en ayant choisi la caisse-maladie proposant les tarifs les plus bas dans votre canton de résidence par exemple, ce ne sera surement pas le cas concernant les primes des assurances complémentaires, et vice-versa. Vous économiserez alors sur la prime de l’assurance de base mais ces économies seront absorbées par la prime élevée de vos assurances complémentaires. 

La principale raison pour ne pas dissocier l’assurance de base des complémentaires concerne la gestion au quotidien des polices d’assurance. En effet, à première vue, il paraît plus facile de n’avoir qu’un seul et même interlocuteur pour son assurance-maladie et pour ses complémentaires. Mais contrairement aux idées reçues, il n’est pas plus simple d’être assuré qu’à une seule et même caisse-maladie. En effet, l’assurance-maladie est régie par la loi LAMal et les assurances complémentaires par la Loi sur le Contrat d’Assurance. Ainsi, même en étant assuré auprès de la même caisse, les démarches concernant l’assurance de base ne seront pas les mêmes que pour les assurances complémentaires, il en va de même concernant le délai de préavis pour résilier son contrat d’assurance. 

Alors, être assuré auprès de deux caisses-maladies différentes ne changera pas grand-chose en termes de gestion et d’organisation, en revanche, la différence peut être très significative en termes de prestations et prix. 

Et si vraiment vous ne souhaitez pas vous ajouter de démarches administratives supplémentaires, vous pouvez choisir de faire appel au service d’un courtier en assurance. Il se chargera de vous accompagner dans vos démarches administratives, ou même les effectuer pour vous, et en assurer le suivie. Vous n’aurez rien à payer, quasiment rien à faire tout en bénéficiant des primes les plus basses pour vos assurances. Qui dit mieux ? 

 

 

Comment changer de caisse-maladie ? 

 

Chaque année, à la fin du mois de septembre, le Conseil Fédéral communique le montant des nouvelles primes d’assurance-maladie pour l’année suivante. 

Les assurés doivent alors décider rapidement s’ils souhaitent changer de caisse-maladie suite à l’annonce de ces nouveaux montants, car ils n’ont que jusqu’au 30 novembre de l’année en cours pour le faire tout en respectant le délai de préavis.  

Or, le délai de préavis n’est pas forcément le même pour l’assurance de base que pour les assurances complémentaires. La plupart des caisses-maladie exigent un délai de préavis de trois mois pour résilier son contrat d’assurance complémentaire. 

 

Un mois de préavis pour résilier son assurance-maladie

Après l’annonce des primes fin septembre, les assurés ont plus ou moins un mois pour décider s’ils souhaitent changer de caisse-maladie et pour effectuer les démarches. 

En effet, pour respecter le délai de préavis d’un mois, la demande de résiliation devra être reçue au plus tard le 30 octobre. 

Étant donné que la souscription à l’assurance de base ne peut être refusée par les caisses-maladies, il n’y a aucune nécessité de souscrire à un contrat d’assurance avant d’effectuer sa demande de résiliation. Cette nouvelle souscription pourra se faire dans un second temps. L’assuré a jusqu’au 30 décembre pour souscrire à un nouveau contrat d’assurance-maladie pour l’année à venir. 

 

Trois mois de préavis pour résilier ses assurances complémentaires

Après l’annonce des primes, les assurés ont assez de temps pour changer d’assurance-maladie. En revanche concernant les assurances complémentaires, c’est une autre histoire ! Si la date limite de résiliation est la même que pour l’assurance de base, à savoir le 30 novembre de l’année en cours, le délai de préavis est, dans la plupart des cas, de trois mois. 

C’est alors, dès la rentrée, que les assurés suisses doivent décider si oui ou non, ils souhaitent résilier leur contrat d’assurance complémentaire, et ce, avant même de connaître les nouveaux montants des primes maladie puisque cette demande de résiliation devra être reçue au plus tard le 30 septembre. 

C’est un autre désavantage à ne pas dissocier l’assurance de base des assurances complémentaires : il est difficile de changer de caisse-maladie suite à l’annonce des primes fin septembre, étant donné que c’est à cette date que l’assuré doit annoncer sa résiliation à sa caisse-maladie. Passé ce délai, il ne pourra résilier que son assurance-maladie. 

Enfin, concernant la résiliation aux assurances complémentaires, il est important de garder en tête que les caisses-maladie se réservent le droit de ne pas accepter de nouvelle souscription. Ainsi, avant de résilier, nous vous conseillons vivement d’attendre la confirmation écrite de votre admission auprès d’une autre caisse-maladie. 

Votre enfant est-il bien assuré ?

Votre enfant est-il bien assuré pour la maladie ? C’est obligatoire en Suisse.

Devez-vous souscrire en plus des assurances complémentaires ?

  • Pour que votre enfant puisse bénéficier d’un meilleur confort s’il devait être hospitalisé
  • Pour que les soins dentaires de votre enfant soient couverts
  • Pour que votre enfant puisse profiter de médecines naturelles moins agressives que la médecine traditionnelle…

Comparez les offres pour que votre enfant soit bien assuré.