Jugées moins agressives et plus naturelles, de plus en plus de parents se tournent vers les médecines douces pour prendre soin de leur tout-petit. La phytothérapie est une pratique très ancienne basée essentiellement sur les plantes. Elle peut se montrer très efficace pour soigner certains maux aussi bien chez les enfants que pendant la grossesse, mais attention à bien l’utiliser.

 

La phytothérapie pour soigner les maux du nourrisson 

 

La phytothérapie, qu’est-ce que c’est ?

Le terme phytothérapie signifie littéralement “soigner par les plantes”. Cette pratique ne date pas d’hier, les plantes étaient déjà utilisées pour soigner sous l’Antiquité. Cette médecine thérapeutique consiste à se servir des bienfaits et des principes actifs des plantes pour soigner ou prévenir certains maux. Ces dernières années, les remèdes naturels, dont la phytothérapie, font leur grand retour. De plus en plus de parents choisissent de soigner certains troubles chez leur enfant grâce au pouvoir des plantes. Les traitements de phytothérapie sont administrés sous forme de gélules, de tisanes, d’huiles essentielles ou de granules. Certains traitements peuvent être utilisés dès le plus jeune âge !

 

Soigner les coliques du nourrisson avec la phytothérapie

La phytothérapie doit son succès auprès des parents à son efficacité pour soulager les coliques du nourrisson. Les crises de pleurs récurrentes et régulières chez le nourrisson, également appelé crise de coliques, peuvent être diminuées et mieux contrôlées grâce à certains traitements dont notamment l’extrait de fenouil. Possédant des vertus antispasmodiques, le fenouil permet également de réduire les désordres digestifs et libérer les gaz. Il est administré au nourrisson sous forme de compléments alimentaires disponibles en pharmacie à partir de 3 mois.

 

Les autres bienfaits de la phytothérapie chez le nourrisson

Outre les coliques, la phytothérapie peut être utilisée pour prévenir ou soigner d’autres troubles chez le nourrisson. 

Les troubles du sommeil 

Dès l’âge de trois mois également, les troubles du sommeil peuvent être traités avec des cônes de houblon séchés à glisser sous l’oreiller qui possède des propriétés calmantes. Une autre plante peut être utilisée, l’aubépine qui possède des propriétés sédatives et peut être administrée sous forme d’infusion. 

Les troubles du sanglot

Le trouble du sanglot ou spasme du sanglot est une manifestation d’un fort sentiment de colère, de douleur ou de peur qui aboutit à une pâmoison (suffocation, syncope, évanouissement, etc.) sans gravité, même si cela peut être impressionnant pour les parents. Ces spasmes peuvent être soulagés par des traitements de phytothérapie notamment avec la chamomilla, aux vertus antispasmodiques, analgésiques et toniques, pouvant être administrée à partir de 6 mois et jusqu’à 3 ans pour soigner ce trouble en particulier. 

Les poussées dentaires

Les poussées dentaires peuvent être plus ou moins longues et plus ou moins douloureuses. 

Pour soulager bébé, on peut lui donner comme “hochet” une racine de guimauve qui possède des vertus apaisantes. Attention néanmoins, car la racine de guimauve est déconseillée avant l’âge de 3 ans en raison des risques d’étouffements. Avant cet âge, des solutions existent pour pouvoir l’administrer, en utilisant une “sucette d’alimentation” (ou “lolette à fruit”) par exemple. 

La chamomilla, administrée en gel directement sur les dents ou sous forme de granules, peut également soulager les poussées dentaires et agir très rapidement sur la douleur (en moins de 15 min). 

 

Se soigner au naturel pendant la grossesse

De nombreux médicaments “classiques” sont déconseillés à la femme enceinte. Alors pour soulager les petits maux de la grossesse, il faut se tourner vers des remèdes naturels plus adaptés. Bien que 100% naturelle, la phytothérapie n’est pas pour autant sans risque, particulièrement pendant la grossesse. Néanmoins, utilisée à bon escient, elle peut s’avérer efficace pour soigner certains maux comme : 

  • Les nausées : traitement à base d’infusion de gingembre frais ou de gélules de mélisse 
  • Les constipations : traitement à base de racine de guimauve ou fleurs de mauve en tisane
  • Les maux de dos : traitement à base de lavande, reine des prés et matricaire (ou camomille allemande) sous forme de gélules ou d’infusion
  • L’angine, la grippe, le rhum : traitement à base d’infusion de thym
  • L’anxiété : traitement à base de lavande, mélisse ou encore tilleul

 

Quelles sont les précautions à prendre ?

Qui dit naturelle ne dit pas sans danger. Il ne faut pas sous-estimer le pouvoir des plantes! La phytothérapie peut présenter certains risques chez les enfants comme chez les adultes. Alors aussi bien pour l’homéopathie que pour la phytothérapie, il est indispensable d’en parler d’abord avec un médecin avant de se lancer. L’automédication peut s’avérer dangereuse particulièrement chez les tout-petits et chez la femme enceinte. En général, tous les traitements de phytothérapie contenant de l’alcool seront interdits aux enfants avant l’âge de 3 ans et les autres, seront plutôt conseillés à partir de 3 mois. Concernant la grossesse, certains traitements sont contre-indiqués, notamment les huiles essentielles très concentrées, et ce, à différents stades de la grossesse. En cas de doute, demandez toujours conseil à un médecin.

 

Les traitements de phytothérapie sont-ils remboursés ? 

Bonne nouvelle ! La phytothérapie fait partie des 5 médecines douces reconnues par l’assurance de base. Les traitements sont donc pris en charge par la LAMal à condition qu’ils soient prescrits par un médecin. 

Si les séances et le traitement sont administrés par un thérapeute non-médecin, il faudra alors se tourner vers une assurance complémentaire médecines douces pour être pris en charge. 

 

Lire aussi : “Et si je soignais bébé avec les médecines douces ?

Pourquoi souscrire des assurances complémentaires pour mon enfant ?

 

  • Pour que votre enfant puisse bénéficier d’un meilleur confort s’il devait être hospitalisé
  • Pour que les soins dentaires de votre enfant soient couverts
  • Pour que votre enfant soit couvert même lorsqu’il est à l’étranger
  • Pour que votre enfant puisse profiter de médecines naturelles moins agressives que la médecine traditionnelle…

Comparez les offres pour trouver celle la moins chère et la plus avantageuse dans votre canton de résidence !