Il y a encore quelques années, la paternité ne changeait pas grand chose dans la vie professionnelle des hommes. Ceux-ci continuaient à vivre pleinement leur carrière et devenaient réellement père le temps du week-end. Pour le reste, la femme ré-aménageait son temps de travail et s’occupait des devoirs ou du souper le soir. Aujourd’hui, nous assistons à un changement dans le milieu masculin : de plus en plus d’hommes souhaitent mettre leur paternité au centre de leur vie et n’hésitent plus à prendre le rôle que les femmes endossaient autrefois.

Être père pour être présent pour sa famille

Être parent, c’est désormais un rôle qui se partage équitablement et qui permet à chacun des conjoints de trouver dans les différentes tâches parentales un épanouissement naturel important.

Le lien parental est d’abord maternel et ce lien se prolongeait grâce à la mère qui s’occupait de tout ce qui touchait de près ou de loin aux enfants : activités sportives, devoirs de l’école ou invitation des copains le mercredi, il y avait peu de chances de trouver un père dans les parages durant ces moments avec l’enfant. Aujourd’hui, l’homme ressent la nécessité de créer un lien plus fort avec son enfant, quelque chose d’unique et qui ne soit plus uniquement réservé à la femme. S’il s’occupe rapidement de son enfant dès sa naissance, ce lien naturel se construira plus rapidement : le baigner, le nourrir, l’habiller, ce sont autant de tâches qu’un père va pouvoir effectuer pour se rapprocher de lui.

Nous rassurons les pères, il n’y a pas de méthode toute faite pour créer cette relation particulière : à la naissance, demandez des conseils à la sage-femme, puis expérimentez, trouvez ce qui fait du bien au bébé et à vous quand vous êtes ensemble. Chaque façon de faire est différente, et même si le bébé s’en aperçoit très vite, il ne s’en trouvera pas dérangé.

Soyez présent et actif dès le retour de la famille à la maison en prenant en charge quelques tâches domestiques. Si vous avez d’autres enfants, prenez le relais en entamant là aussi une relation plus approfondie avec eux durant ce moment qui bouleverse toute la famille.

Le congé paternité

Malgré les votations passées, le congé paternité n’est pas encore imposé par la loi. Il est encore difficile de faire changer les mentalités !

Néanmoins, les choses bougent dans certaines administrations : celles-ci proposent à leurs employés masculins des congés paternités qui vont de 5 à 10 jours. Un bel avantage pour les hommes qui travaillent à l’état !

Dans les entreprises, le congé paternité pourra être prévu par des conventions collectives de travail qui prévoient ce type d’avantage pour ses employés. Si vous êtes dans une grande entreprise, vous y avez sûrement droit, n’hésitez pas à vous renseigner auprès de votre employeur ou de votre syndicat.

Les entreprises ont bien compris que proposer un congé paternité payé à ses employés constitue un avantage concurrentiel certain, afin de fidéliser ses collaborateurs et attirer de nouveaux employés.

Et si malheureusement votre employeur ne s’est pas encore mis à la page sur ce sujet, n’hésitez pas à prévoir quelques jours de vacances au moment de la naissance de votre enfant ou de prendre les heures supplémentaires jamais rattrapées.

La diminution du temps de travail

Ce n’est pas encore entré dans les moeurs, même si nous assistons à une augmentation des demandes de temps partiel masculines.

Auparavant, c’était la femme qui passait en temps partiel pour s’occuper des enfants (notamment le mercredi). C’est beaucoup moins le cas aujourd’hui et bien souvent, c’est une réflexion qui se fait en couple avec une décision prise en commun.

Si la mère souhaite continuer à travailler de manière optimale et ne pas mettre sa carrière professionnelle entre parenthèses, il n’est plus impensable aujourd’hui de voir le père diminuer son temps de travail et si son poste le permet, travailler à temps partiel. Voire même s’arrêter complètement de travailler si la mère gagne un salaire suffisant pour subvenir aux besoins de la famille. C’est donc lui qui prendra le relais pour s’occuper des enfants les mercredis et ainsi continuer à tisser des liens forts qui rapprocheront un père de ses enfants. 

Enfin, un problème auquel font face tous les parents en Suisse : le manque de modes de garde proposé. En effet, les crèches sont bien souvent complètes et les nouveaux parents peinent à trouver une place. Faire appel à une maman de jour ou une nounou à domicile peut se révéler vite onéreux et les grands-parents ne sont pas toujours à la disposition de leurs petits-enfants. Le plus simple est qu’un des parents décident de travailler moins pour s’occuper des enfants. 

Comment choisir son mode de garde ?

Les habitudes ont pourtant la vie dure et les changements des mentalités sont très longs à se mettre en place. Il faut reconnaître que la plupart des couples fonctionnent encore ainsi aujourd’hui : l’homme travaille à 100% tandis que la femme réduit son temps de travail une fois le bébé arrivé. Souvent, le couple se rend compte que même en gardant un temps plein, la femme gagnera un salaire moins élevé que son conjoint, c’est donc en tout logique que celle-ci passera en temps partiel. Les hommes et les femmes continuent d’être traités différemment dans le monde du travail, que ce soit au niveau du salaire ou des avantages. Les conjoints peuvent aussi opter tous les deux pour un taux partiel mais cela entraîne certains inconvénients, notamment pour la rente de vieillesse.

Prenez le temps de discuter à deux de ce que vous souhaitez faire pour les prochaines années, calculez votre budget selon différents scenarii et sollicitez votre employeur pour voir comment il réagit à votre demande. Le plus important, selon nous, c’est que chacun des couples s’épanouissent avec leurs enfants en trouvant le mode de fonctionnement qui leur est le plus adapté.

Préparez l'arrivée de bébé !

N’attendez pas la dernière minute pour assurer bébé : choisissez l’assurance prénatale et offrez-lui des couvertures optimales, sans questionnaire médical !