La plupart du temps, on ne peut pas prédire quand un accouchement va survenir. Même si une femme enceinte est supposée accoucher au bout de neuf mois de grossesse, il arrive très souvent que bébé pointe le bout de son nez bien avant, au moment où ne s’y attend pas du tout.

Dans le cas d’une maman qui part effectuer un séjour à l’étranger lors de son dernier trimestre de grossesse, un accouchement n’est jamais complètement à exclure. Que se passera-t-il si, alors que vous êtes à l’étranger, vous ressentez déjà les contractions de l’accouchement ou que vous perdez les eaux ? Cela veut dire que vous devrez vous rendre immédiatement dans l’hôpital le plus proche, c’est-à-dire un hôpital du pays où vous séjournez. Dans ce cas-là, serez-vous couverte par votre caisse-maladie ?

Cas n°1 : votre accouchement à l’étranger relève bien d’une urgence

Il n’est pas toujours facile de déterminer à quel point un accouchement relève d’une urgence. S’il va de soi qu’une césarienne programmée n’est pas une urgence, il faut savoir qu’un accouchement qui survient au terme prévu n’est pas considéré non plus comme une urgence. Si vous accouchez à l’étranger le jour de votre terme ou peu de temps avant, votre caisse-maladie sera en droit de vous dire que votre cas ne relevait pas d’une urgence.

A priori, plus un accouchement est éloigné du terme, plus il est considéré comme imprévisible et donc comme un cas d’urgence. Par exemple, si la naissance a lieu avant 36 semaines d’aménorrhée, elle sera considérée comme une naissance prématurée et relèvera bien d’un cas d’urgence.

Par contre, même en cas d’urgence, la couverture ne sera pas la même selon le pays où vous accouchez :

  • Si vous accouchez en zone UE-AELE (cas d’urgence), votre accouchement sera couvert de la même façon que si vous étiez une ressortissante du pays où vous séjournez. 
  • Si vous accouchez hors de la zone UE-AELE (cas d’urgence), vous ne serez couverte par l’assurance maladie de base qu’à concurrence du double de ce que vous auriez payé en Suisse pour un accouchement. Si vous séjournez dans un pays où les frais médicaux sont très chers comme les Etats-Unis, cette couverture sera très insuffisante. Dès que vous quittez la zone UE-AELE, il est fortement recommandé de souscrire une assurance complémentaire couverture à l’étranger (que vous soyez enceinte ou pas d’ailleurs).

Cas n°2 : votre accouchement à l’étranger ne relève pas d’une urgence

Nous vous déconseillons de vous aventurer hors de Suisse lors de votre dernier mois de grossesse. En effet, si vous deviez accoucher alors que vous êtes à l’étranger, particulièrement si vous êtes dans les derniers jours avant le terme, votre cas risquerait de ne pas être considéré comme une urgence et vous pourriez ne pas être couverte.

Si vous envisagez d’effectuer un court séjour hors de Suisse à cette période, renseignez-vous tout de même auprès de votre caisse maladie. Dans le cas où vous devez aller dans un pays voisin où les frais médicaux sont moins élevés qu’en Suisse (la France par exemple), il n’est pas impossible que la caisse-maladie accepte de vous couvrir. Certaines assurances complémentaires peuvent également couvrir une partie des frais médicaux subis à l’étranger et ne relevant pas de l’urgence.

Dans tous les cas, dès lors que vous quittez la Suisse enceinte, munissez-vous bien de votre carte européenne d’assurance maladie : un problème, qui ne serait pas forcément un accouchement, peut toujours survenir alors que vous êtes à l’étranger.

Et pour mon bébé, que se passera-t-il ?

Un bébé né à l’étranger suite à un accouchement impromptu est-il couvert par l’assurance maladie en Suisse ? Il faut savoir que les soins de votre bébé à l’hôpital qui ne relèvent pas de la maladie sont considérés comme des soins de maternité, qu’ils aient lieu en Suisse ou à l’étranger : si votre accouchement est entièrement couvert, ces soins-là seront couverts également. La problématique est différente si votre bébé tombe malade pendant ses premiers jours de vie alors qu’il est encore à l’étranger. Dans ce cas-là, est-il couvert ? A priori, oui, car vous pouvez tout à fait assurer bébé auprès d’une caisse-maladie suisse alors que vous êtes à l’étranger. Par contre, si vous accouchez hors de la zone UE-AELE, votre bébé doit pouvoir, lui aussi, bénéficier d’une assurance complémentaire « couverture à l’étranger » pour que tous ses soins soient entièrement couverts. Pensez bien, si vous prévoyez de quitter la zone UE-AELE durant votre dernier trimestre de grossesse, à souscrire pour votre enfant une assurance prénatale incluant une complémentaire voyage. Ainsi, votre bébé sera parfaitement couvert dès la naissance même s’il est prématuré, qu’il naisse en Suisse ou à l’étranger.

Note administrative importante : si vous ne pouvez pas revenir tout de suite en Suisse après votre accouchement, vous devrez déclarer la naissance auprès de la représentation suisse du pays où vous vous trouvez (ambassade ou consulat).

Vous êtes enceinte ?

Avez-vous pensé à souscrire une assurance prénatale pour votre enfant ?

L’assurance prénatale, ça ne coûte pas plus cher : vous affiliez votre enfant pendant la grossesse et il ne paiera sa première prime qu’après sa naissance.

L’assurance prénatale, c’est la garantie d’offrir toutes les protections à son enfant : il est assuré dès ses premières secondes de vie sans questionnaire médical.

Pourquoi attendre avant de souscrire une assurance prénatale ?