L’hiver arrive avec son lot habituel de virus : rhume, angine, grippe, gastro… Si tomber malade n’est agréable pour personne, ça l’est encore moins pour la femme enceinte qui ne peut pas se soigner comme tout le monde. En effet, de nombreux médicaments sont interdits aux femmes enceintes qui doivent se montrer vigilantes quant au choix de leurs remèdes. Les médecines douces et autres astuces de grand-mère sont souvent privilégiées à défaut de pouvoir utiliser la médecine traditionnelle.

Conseil n°1 : Prévenez la maladie

La meilleure façon de soigner la maladie est encore de la prévenir. Prévenir la maladie signifie :

  • Se laver les mains très régulièrement
  • Aérer son logement quotidiennement au moins 5 minutes par jour, même s’il fait froid, et éviter de surchauffer son logement
  • Avoir une alimentation équilibrée et consommer des aliments riches en vitamines C
  • Bien se couvrir (même si cela demande d’investir dans des vêtements de grossesse) et porter une écharpe pour se protéger des microbes.
  • Eviter le contact avec d’autres personnes malades

Conseil n°2 : Ne prenez pas de médicaments sans avis médical

Ce n’est d’ailleurs pas un conseil mais une règle à suivre absolument : l’automédication est à bannir pendant la grossesse. En effet, certains composants contenus dans les médicaments peuvent provoquer des malformations chez le fœtus. Avant de prendre tout médicament, il faudra bien vous être assuré auprès de votre médecin ou sage-femme que ce médicament est autorisé pendant la grossesse. Ainsi, l’aspirine est proscrite mais le paracétamol est autorisé jusqu’à une certaine dose quotidienne.

Même pour un simple rhume, la plupart des pastilles et sirops vendus en pharmacie contiennent des composants déconseillés aux femmes enceintes : il faudra donc se rabattre sur le remède de grand-mère de la boisson chaude miel-citron. Si les remèdes de grand-mère s’avèrent insuffisants (dans le cas d’une grippe par exemple), la consultation auprès d’un professionnel de santé est indispensable avant de prendre tout médicament.

Conseil n° 3 : Tournez-vous vers les médecines douces

L’homéopathie est possible pendant la grossesse et peut donc être utilisée pour soigner certains maux, par exemple en cas de rhume ou de grippe. Il est cependant conseillé de consulter au préalable un spécialiste (médecin homéopathe par exemple), les traitements homéopathiques n’étant efficaces que s’ils sont bien adaptés au patient auquel ils s’adressent.

La phytothérapie, médecine douce basée sur les plantes, peut également être utilisée par les femmes enceintes à condition que le traitement soit prescrit par un spécialiste. En effet, certaines plantes et huiles essentielles sont déconseillées pour les femmes enceintes, ne choisissez donc pas votre remède à la légère.

 

Dans tous les cas, rappelez-vous que si vous êtes malade pendant votre grossesse, les prestations de médecine générale sont prises en charge par votre assurance-maladie depuis la treizième semaine de grossesse jusqu’à huit semaines après l’accouchement. N’hésitez donc pas à consulter votre médecin !