fbpx

On entend parfois tout et son contraire sur la grossesse. Entre mythe et réalité, nous faisons le point sur les principales idées reçues pour vivre une grossesse sereine en Suisse !

 

Lever les jambes après un rapport sexuel permet de tomber enceinte plus facilement 

FAUX ! C’est une idée reçue tenace et encore aujourd’hui, on voit souvent dans les films des femmes mettre leurs jambes en l’air après un rapport pour soi-disant faciliter le passage des spermatozoïdes. Sauf que ces derniers sont naturellement programmés pour se rendre là où ils doivent se rendre. Faire jouer la gravité ne sert donc à rien, du moins ça n’a jamais été prouvé scientifiquement. 

 

Enceinte, il faut se coucher et dormir sur le côté gauche

VRAI ! En effet, les médecins déconseillent (à partir du 2e ou 3e trimestre de grossesse) aux femmes enceintes de se coucher du côté droit pour la bonne raison que c’est de ce côté qu’est située la veine cave inférieure, la plus grosse veine de notre organisme. En se couchant sur cette veine, la femme enceinte prend le risque que son utérus vienne l’écraser et donc de diminuer significativement son flux sanguin et celui du bébé avec tous les dangers que cela comporte.

 

Une griffure de chat peut transmettre la toxoplasmose à la femme enceinte et au fœtus

FAUX ! On entend souvent dire que la présence de chat peut s’avérer dangereuse aussi bien pour la femme enceinte que pour le nourrisson, plus tard. Durant la grossesse, un chat peut transmettre à la femme enceinte la toxoplasmose qui est une infection alimentaire pouvant entraîner de grave séquelle sur le nourrisson voir la mort. Or, s’il existe bien un risque de transmission de la toxoplasmose par le chat (cette infection peut également s’attraper en mangeant des fruits ou des légumes mal lavés), les conditions d’infection font souvent partie de l’ordre du fantasme. Pour l’attraper, une simple griffure ne suffit pas. 

Il faut que le chat ait été premièrement contaminé par la bactérie en ingurgitant une viande crue contaminée (en chassant une proie par exemple). Le risque qu’un chat d’intérieur, qui ne sort pas, soit infecté est donc très faible. Ensuite, pour que le chat parvienne à le transmettre à la femme enceinte, il faut que celle-ci ait ingurgité des œufs de larves qui se trouvent dans les excréments du chat si contaminé et non immunisé durant 1 à 3 semaines après la contamination. Le risque de contamination reste donc relativement faible. Il reste néanmoins conseillé aux femmes enceintes, par mesure de précaution, de ne pas s’occuper de la litière du chat, laisser quelqu’un d’autre le faire durant la grossesse et l’allaitement.

 

Avoir un rapport sexuel favorise et accélère l’accouchement 

VRAI !  On appelle cette méthode, “la méthode à l’italienne ». Elle est utilisée depuis des siècles par les futurs parents qui ont un bébé qui tarde à pointer le bout de son nez. Même si cette méthode n’a jamais été prouvée scientifiquement, il semblerait que les substances présentes dans le liquide séminal (le sperme) aient une influence sur l’ouverture du col de l’utérus. De manière générale, lorsque bébé se fait attendre, la pratique d’une activité physique quelle qu’elle soit comme la marche à pied ou encore le ménage, faciliterait sa sortie. 

 

En voiture, mettre la ceinture de sécurité peut s’avérer dangereux pour le bébé 

FAUX ! L’idée voudrait que le ceinture de sécurité exerce une compression trop importante sur l’utérus (qu’elle écraserait bébé) et qu’elle soit donc dangereuse pendant la grossesse. Or, ce qui peut s’avérer dangereux aussi bien pour la femme enceinte que pour le nourisson c’est de ne pas porter de ceinture de sécurité. Selon deux études américaines (Fetal outcome in motor-vehicle crashes et Adverse Pregnancy Outcomes Following Motor-Vehicle Crashes) à la suite d’un accident à 30 km/h, une femme enceinte a 70% de chance de perdre le bébé si elle ne portait pas de ceinture de sécurité, contre seulement 12% si elle la portait. En cas de collision, sans ceinture de sécurité, le risque d’accouchement d’un bébé mort-né est trois fois plus important. 

Pour porter correctement la ceinture de sécurité, il faut que la sangle basse repose en bas de l’abdomen, et pas dessus. 

 

Une alimentation saine pendant la grossesse diminue le risque de pré-éclampsie et de dépression post-partum

VRAI ! On entend de plus en plus parler des bienfaits d’une alimentation saine aussi bien pour notre santé que pour la planète. Il va donc de soi qu’adopter une alimentation plus saine durant la grossesse ne peut faire que du bien. Selon une récente étude*, diminuer sa consommation de viande et donc de dioxines, les polluants présents dans la graisse animale, favoriserait un meilleur développement de bébé. En effet, la consommation de ces substances durant la grossesse réduit le poids du bébé de 121g en moyenne à la naissance selon l’étude. Avoir une alimentation saine réduit également le risque de dépression post-partum. Plus encore, selon une étude norvégienne, consommer des produits bio pendant sa grossesse permettrait de réduire significativement le risque de pré-éclampsie (hypertension artérielle). Selon les chercheurs, les femmes consommant peu de produits bio ont 76% de chances de plus d’être touché par la pré-éclampsie. 

*Maternal diet, prenatal exposure to dioxin-like compounds and birth outcomes in a European prospective mother-child study (NewGeneris).

 

Les soins et les traitements pendant la grossesse sont remboursés à 100% par la LAMal 

FAUX ! La prise en charge des frais liés à la grossesse en Suisse est encore beaucoup critiquée car jugée insuffisante et discriminante. Contrairement aux idées reçues, les examens médicaux, et les traitements ne sont pas remboursés à 100%, du moins pas à tous les stades de la grossesse. Avant la 13e semaine, la femme enceinte reste redevable de la quote-part et de la franchise de son assurance-maladie. Ensuite, tous les soins médicaux sont pris en charge en totalité, même s’ils ne sont pas liés à la grossesse.

Les femmes subissant une fausse-couche avant cette date sont d’une certaine manière discriminées. Ainsi, plusieurs initiatives politiques ont été lancées pour une révision de la loi. 

Pour en savoir plus : Assurance-maladie : vers un remboursement des frais médicaux dès le début de la grossesse ?

 

Aucun questionnaire de santé n’est à remplir lorsqu’un enfant est assuré à l’assurance prénatale

VRAI ! Vous le savez, dans le cadre des assurances privées comme le sont les assurances complémentaires, les caisses-maladies se réservent le droit de refuser l’affiliation d’une personne pour des motifs de santé. Pour cela, un questionnaire de santé est à remplir lors de la souscription. Il en va de même pour les enfants, même nouveaux-né, ils sont eux aussi soumis au questionnaire de santé et donc, à un éventuel refus de la caisse sauf s’il a été assuré en prénatale ! C’est d’ailleurs l’un des principaux avantages de cette assurance, qui n’est ni plus ni moins que l’assurance-maladie obligatoire, mais souscrite alors que bébé est encore au chaud dans le ventre de maman. Bien qu’elle soit souscrite avant la naissance, les primes ne commencent qu’après. Elle ne coûte donc pas plus cher et permet de se libérer de ses formalités administratives avant l’arrivée du bébé. 

En savoir plus sur l’assurance prénatale >

Trouver l’assurance prénatale la moins chère dans mon canton >

 

Les huiles essentielles sont conseillées pour se soigner au naturel pendant la grossesse

FAUX ! Ne sous-estimez pas le pouvoir de la nature ! On les appelle les médecines douces, mais pourtant certains traitements sont très puissants. D’ailleurs, en général, la majorité des huiles essentielles sont déconseillées ou interdites pendant la grossesse ou après, pendant l’allaitement. La raison ? Elles risquent de causer des dégâts à bébé ou même provoquer un avortement ! Le thym, par exemple, est abortif. Il faut donc l’éviter au maximum pendant la grossesse. 

Enceinte, il est plus que jamais indispensable de demander l’avis d’un médecin avant de se lancer dans un traitement particulier. 

Lire aussi : Se soigner au naturel pendant la grossesse

 

Il faut éviter de s’exposer au soleil lorsque l’on est enceinte 

VRAI ! Lorsque l’on est enceinte, l’exposition au soleil peut causer certains problèmes de peau notamment une hyperpigmentation (melasma) de la peau du visage. C’est ce qu’on appelle le “masque de grossesse”. Cette hyperpigmentation se manifeste sous la forme de lésions sur la peau, de petites taches brunâtres. Elles peuvent également apparaître sur le ventre de la femme et disparaissent six mois environ après la grossesse. Néanmoins, le risque de rechute reste élevé, c’est pourquoi il est conseillé à la femme enceinte d’éviter une exposition au soleil trop importante pouvant entraîner une surproduction de mélanine. 

Préparez votre grossesse dès aujourd'hui !

Complétez les prestations de la LAMal grâce aux assurances complémentaires ! 

Losque vous serez enceinte, il sera déjà trop tard pour bénéficier des prestations des assurances complémentaires (délais de carence) pour vos problèmes bucco-dentaires pendant la grossesse, pour accoucher en division privé ou encore pour bénéficier de traitements de médecine douce comme la sophrologie.

Comparez les offres pour trouver l’assurance qu’il vous faut au meilleur prix et souscrivez dès maintenant !

C’est gratuit et sans engagement!